PNRL

Parc naturel régional de Lorraine decor

Les poissons

Je visite le Parc > Le patrimoine naturel du Parc > Les poissons

Les poissons

25 espèces de poissons sont présentes plus ou moins naturellement sur le Parc.

 

Ainsi on peut distinguer des espèces de cours d'eau majoritairement indigènes ( Truite fario, Lamproie de Planer, Anguille, Chabot, Lotte de rivière, Loche de rivière, Brochet, Loche d'étang...) mais aussi des espèces exogènes ( Silure, Aspe, …).

 

Dans les plans d'eau, les choses sont plus complexes car beaucoup d'espèces considérées comme locales sont en fait naturalisées depuis très longtemps (Carpe, Tanche, Perche soleil, Sandre...) et d'autres beaucoup plus récemment et posant problèmes (Esturgeon, Carpe Koï, Amour blanc et Amour argenté,...). Seules quelques unes son locales (Perche, Epinoche, Epinochette, Loche franche). Cependant, la composition des peuplements de poissons des plans d'eau n'a pas changé depuis 2003 avec 60% de carpe, 30% de Vairons.

 

Les cours d'eau ne sont plus affectés aussi régulièrement que jadis par des pollutions industrielles (ou ponctuelles) engendrant de fortes mortalités. Depuis 2003, seulement 2 pollutions accidentelles ont été relevées.

 

Il s'avère donc que, si les pollutions diffuses se poursuivent, la qualité des eaux s'est bien améliorée au bénéfice de la faune piscicole. Certaines espèces méritent cependant une veille et une protection comme la Lotte de rivière, très méconnue, et la Loche d'étangs.

 

Les multiples discontinuités écologiques (la fragmentation des milieux et la disparition de liens entre eux permettant une circulation « normale » des espèces) restent cependant un frein à l'amélioration de la diversité des poissions présents dans les cours d'eau. Les espèces invasives sont également un véritable problème : prolifération du Silure et du Poisson-chat et arrivée du Ponticola kessleri (Gobie de Kessler) dans les eaux du Parc.

 

Pour l'ihctyofaune des étangs, les dangers sont dus à des booms d'algues de plus en plus fréquents avec les fortes chaleurs printanières, un prélèvement marqué du Cormoran, la disparition même de la pisciculture traditionnelle lorraine et le bouleversement des milieux engendré par les espèces exogènes.